4 points importants pour mettre en place la Protection collective des travailleurs dans son entreprise

tableau risque electrique-protection collective

La protection collective fait partie des 9 principes généraux de la prévention des risques professionnels inscrits au Code du travail. Elle répond à une nécessité, celle de limiter au maximum les facteurs de mise en danger du collaborateur.

MENU DE L'ARTICLE

Toute démarche de prévention commence par l’évaluation des risques. Cette analyse, formalisée par la rédaction du Document unique d’évaluation des risques professionnels (DUER) a pour but d’apprécier leur nature et leur importance, poste par poste. Le DUER recense tous les dangers éventuels que peuvent rencontrer les salariés à leur poste de travail. Il incite également l’entreprise à élaborer un plan d’action de prévention.

Une fois le DUER élaboré, l’entreprise met en place des dispositifs prioritaires afin de protéger la santé physique et mentale de ses salariés, permanents et temporaires. Ce sont les équipements de protection collective (EPC).

document unique complété au stylo vert

Selon l’INRS, Institut national de recherche et de sécurité,

« la fonction principale des équipements de protection collective consiste à réduire à un niveau acceptable les risques auxquels les travailleurs sont exposés. »

Cette mission se double d’une autre obligation pour l’employeur, celle de fournir aux salariés les éléments nécessaires à la bonne compréhension des risques encourus et à la bonne utilisation des EPC.

Mains en train de trier des feuille, un document unique

Qu’il s’agisse d’appareils, d’installations ou de matériaux, les équipements de protection collective doivent réduire la rencontre potentielle avec le danger, soit par éloignement avec la source de risque, soit en créant une barrière physique, soit en diminuant l’exposition à des facteurs irritants, soit enfin par des procédures de mises en sécurité.

1 - La protection collective par la signalisation

La signalisation se matérialise par des dispositifs assez simples à mettre en œuvre, comme un balisage spécifique pour annoncer une zone encombrée, ou ménager des sens de circulation pour empêcher des collisions, ou encore prévoir une déviation de la zone à risque. Ce sont aussi des signalisations indiquant un sol glissant afin d’éviter les chutes de plain-pied ou des marquages au sol sécurisant les déplacements.

Signalisation Sol glissant

Exemple : les panneaux de la marque Signals

2- La protection collective par un élément physique

S.24 | tapis de sol protection collective | 4 points importants pour mettre en place la Protection collective des travailleurs dans son entreprise

La barrière physique constitue un obstacle efficace. L’exemple le plus simple est le revêtement antidérapant disposé au sol ou dans l’escalier pour contrer les glissades. Protection collective très rependue pour les travailleurs statiques, les tapis de sol améliorent également l’amorti et limitent ainsi les sur sollicitations plantaires. La barrière physique est particulièrement utilisée pour le travail en hauteur. Les ouvriers du BTP, agents de réseaux électriques, techniciens de maintenance ou entreprises du spectacle y sont confrontés quotidiennement. Pour tous ces professionnels qui travaillent à plusieurs mètres du sol, l’EPC obligatoire est constitué de garde-corps, rambardes de sécurité et plateformes d’intervention qui forment un plan de travail sécurisé. Dispositif de protection le plus utilisé, le garde-corps doit avoir une hauteur comprise entre 1m et 1,10m par rapport au plancher. Lorsque la pose d’un garde-corps fixe n’est pas possible, il existe des garde-corps provisoires qui protègent le salarié. 

3 - La protection collective par l’amélioration de l’environnement de travail

Diminuer l’exposition au risque, c’est reconnaître que l’on ne peut pas échapper totalement au danger, mais que l’on va prendre toutes les dispositions pour réduire sa nuisance, en agissant en amont sur l’environnement de travail. Le bruit est en particulier très fréquent dans certains ateliers mécaniques ou des unités industrielles. L’EPC consiste alors à réduire le bruit à la source grâce à des équipements acoustiques, des cloisons ou encore des coffrages autour des machines qui limitent leurs émissions sonores. L’objectif est d’exposer l’ouïe du salarié à un niveau inférieur à 80 décibels pendant la journée de travail, seuil à partir duquel l’audition peut être mise en danger. Diminuer le bruit ces aussi faciliter la communication entre les salariés. Car un accident du travail peut être évité grâce à la vigilance d’un collègue bienveillant.

système d'aspiration métal pour la protection collective

En dehors de la nuisance sonore, d’autres protections collectives diminuent l’exposition au risque. Ce sont principalement des systèmes d’aspiration et de ventilation en cas d’émanation de produits toxiques, de poussières, sciures, particules, etc. Le captage à la source évite la diffusion d’un polluant dans le local et sa diffusion dans l’atmosphère.

4 - La protection collective par la consignation

risque electrique-protection collective

Enfin, la protection par consignation concerne surtout des interventions électriques, mécaniques ou de fluides sous pression. La consignation désigne l’ensemble des procédures de mise en sécurité lors de l’arrêt ou de la remise en route d’un équipement. Parce qu’elles peuvent présenter un danger, ces procédures sont soumises à autorisation et effectuées par une personne formée et spécifiquement désignée.

S’ils sont prioritaires dans la démarche de prévention, les équipements de protection collective n’excluent pas bien sûr l’utilisation des équipements de protection individuelle (EPI) dont les chaussures de sécurité font partie. Les deux sont complémentaires et participent à la prévention des risques, en constituant un environnement de travail adapté et sécurisé pour les salariés.

Informations sur l'article

L'auteur de l'article

Partagez cet article sur les réseaux sociaux

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

FEETLAB® | Inscription

Vous souhaitez automatiquement recevoir les derniers articles du FEETLAB® ?
Inscrivez-vous ci-dessous :