Les travailleurs qui portent des chaussures de sécurité le savent bien. Enfermés toute la journée, leurs pieds sont mis à rude épreuve et aimeraient parfois respirer à l’air libre ! Comment rester à l’aise et éviter une transpiration des pieds trop importante ? 

Dans de nombreux métiers, le port de chaussures de sécurité est obligatoire. Très exposé aux chutes et aux chocs, le pied est fragile. Alors oui, les chaussures de sécurité tiennent un peu chaud, mais impossible de sortir les orteils, bien à l’abri sous les embouts de protection. Pourtant, la sensation de transpiration peut générer un véritable sentiment d’inconfort, voire des odeurs désagréables.

Les pieds sont-ils plus exposés à la transpiration ?

Toute notre peau contient des glandes sudoripares, responsables de la sudation. Très utiles, leur rôle est de réguler la température corporelle. Elles sont particulièrement concentrées dans certaines régions du corps : aisselles, mains, pieds, aine. Si l’on transpire naturellement par fortes chaleurs, en cas de frottement répété ou de vêtements trop serrés, nos états émotionnels favorisent aussi une sudation excessive. Prendre la parole en public, la peur, l’anxiété, le stress sont des facteurs déclenchants.

Bien sûr, plus la peau est ventilée, moins il y a de facteurs de transpiration. Alors que les pieds et les mains comportent pratiquement le même nombre de glandes sudoripares (350 à 370 par cm²), il est moins fréquent de suer des mains, plus souvent à l’air libre. Les études montrent aussi que le surpoids ou une alimentation trop riche en protéines animales peuvent favoriser la transpiration.

 

Quant à l’odeur, elle n’est pas due à la transpiration, mais aux bactéries qui se développent naturellement sur notre peau et qui se nourrissent de sueur. Les mauvaises odeurs émanent des substances chimiques générées par ces bactéries, qui apprécient les environnements chauds et humides. Enfermé dans sa chaussure, le pied est donc un terrain idéal

A quel moment la transpiration des pieds devient-elle gênante ?

Le pied glisse dans la chaussure, la peau devient blanche. Des crevasses peuvent se former, des odeurs fortes apparaissent… On parle alors d’hyperhidrose plantaire, qui désigne une transpiration excessive des pieds. Cela peut conduire à la formation d’engelures, de mycoses, de fissures entre les orteils et devenir douloureux.

Afin que le port de chaussures de sécurité reste confortable, il vaut mieux réagir face à l’hyperhidrose plantaire. Nos pieds sont si précieux qu’ils méritent toute notre attention !

Les bons réflexes pour prévenir la transpiration :

Une hygiène régulière : se laver les pieds tous les jours, avec un savon antibactérien si nécessaire, et bien les sécher, y compris entre les orteils pour empêcher de conserver de l’humidité.

Éliminer régulièrement la corne qui peut se transformer en nid à bactéries…

Changer de chaussettes quotidiennement, en évitant des chaussettes trop serrées et en privilégiant des matières naturelles ou des fibres techniques qui absorbent l’humidité (équipements conçus pour les sportifs par exemple)

Aérer ses chaussures après les avoir portées non-stop pendant 8 heures. Si elles sont mouillées, bien les faire sécher,

–  Dès que possible, laisser ses pieds à l’air libre, ils apprécieront !

– Lorsque les semelles de propreté sont amovibles, penser à les sortir chaque soir (dans l’idéal) pour qu’elles s’aèrent. Il faut considérer les semelles de propreté comme des chaussettes et penser à les laver de temps en temps. Pour cela il vaut mieux posséder une deuxième paire en roulement.

Les traitements anti-transpiration  

Si les conseils ci-dessus ne suffisent pas, il existe des méthodes naturelles ou des traitements spécifiques pour lutter contre ce phénomène.

Les bains de pieds au thé noir (dont l’acide tannique capture les odeurs), à l’huile essentielle de lavande ou aux feuilles de sauge ou d’olivier, sont des remèdes d’autrefois, efficaces pour limiter la transpiration. Procédés sans risque et peu coûteux !

Dans la même inspiration naturelle, se frotter les pieds avec de la pierre d’Alun supprimera les odeurs. Le talc, déposé directement sur la peau, est idéal contre la transpiration et des bains de pieds au bicarbonate de soude élimineront de nombreuses bactéries.

Ces « recettes » de grands-mères ne suffisent pas ? Il existe des traitements spécifiques, souvent disponibles en parapharmacie : sprays désinfectants et désodorisants pour les chaussures, crèmes et gels anti-transpirants pour les pieds, semelles anti-transpirantes.

Si, malgré tout, l’inconfort persiste, le médecin ou le dermatologue peuvent intervenir avec des techniques médicales plus poussées (bains de pieds avec courant électrique, injections, etc.)

Enfin, l’idéal est de choisir, selon les contraintes du poste de travail, une chaussure qui évite au maximum d’enfermer le pied. Une personne qui intervient dans un environnement propre et sec, par exemple, doit prendre une chaussure la plus aérée possible pour éviter de faire monter le pied en température. Il faut également prioriser des matériaux nobles avec pourquoi pas des traitements antibactériens ou antifongiques et enfin accorder de l’importance au chaussant pour éviter les échauffements provoqués par une chaussure trop grande.

Ici l’employeur peut se faire accompagner par un fabricant expert qui va l’aider à sélectionner le produit adapté à l’utilisation et à la personne.

FEETLAB® | Inscription

Vous souhaitez automatiquement recevoir les derniers articles du FEETLAB® ?
Inscrivez-vous ci-dessous :