profil d'un pied nu posé sur une semelle de confort

Comment choisir ses chaussures de sécurité pour les pieds sensibles ?

Avoir les “pieds sensibles” ! Un terme assez vague qui peut qualifier différents problèmes. Selon nous on peut définir comme “pied sensible” un pied qui sur-réagis aux éléments externes comme une compression, un frottement, un choc, la chaleur, le froid, etc. La surréaction peut être liée à un problème propre à la personne comme une mauvaise circulation sanguine, du diabète, du surpoids, etc. Mais elle peut également être l’objet d’un élément externe comme la chaussure ou l’environnement de travail.

Les chaussures professionnelles peuvent prévenir de certains de ces problèmes mais elle peut également les créer. Essayons, dans cet article, de mener une réflexion sur le sujet.

MENU DE L'ARTICLE

Oui une chaussure de sécurité peut vous créer des problèmes

Avant de vous dire qu’une chaussure de sécurité peut vous sauver, il faut également s’avouer qu’elle peut vous créer des problèmes. Ceci pour deux raisons :

Une mauvaise préconisation

Dans la cas d’une mauvaise préconisation, une chaussure de sécurité peut vous créer des soucis. Par exemple si vous travaillez dans un milieu intérieur chauffé avec des gros brodequins en cuir, vous risquez de devenir sujet à l’hyperhidrose plantaire à savoir la transpiration excessive. Cela peut engendrer la formation d’engelures, de mycoses ou de fissures entre les orteils et rendre donc vos pieds sensibles, alors qu’ils ne l’étaient pas.

Une chaussure de sécurité inconfortable

Avec une chaussure de sécurité trop lourde ou trop rigide, vous risquez de vous épuiser, voire de vous créer des problèmes.

Au niveau du confort, un des principal problème de la chaussure de sécurité c’est la présence de sa semelle anti-perforation qui se trouve bien souvent très proche du pied. En effet, la seule interface avec le pied reste alors la semelle intérieure qui est, dans certaines chaussures de sécurité entrée de gamme, de qualité insuffisante.

La conséquence c’est cette sensation de dureté en dessous des 5 métatarses (points d’appui à l’avant du pied) et du calcanéum (talon). La douleur s’intensifie et vos pieds deviennent sensibles, ce qui vous pousse à compenser en adoptant des postures anormales.

Pour donner un exemple que tout le monde connait, une personne qui a une douleur intense à la cheville droite va moins mettre d’appui sur ce côté et va “boiter”. Sans aller jusque là, il se peut qu’une sur sollicitation plantaire générée par votre chaussure de sécurité vous contraigne à changer votre démarche, parfois inconsciemment.

Choisir des chaussures de sécurité inconfortables peut donc rendre vos pieds plus sensibles. Et dans des cas plus avancés les douleurs aux pieds peuvent avoir des répercutions sur le reste de votre corps. Pensez donc long terme et optez pour une approche qualitative.

démonstration anti-perforation norme chaussures de sécurité EN ISO 20345

Une chaussure de sécurité en prévention des pieds sensibles

Pieds gonflés et problème de circulation sanguine

Si vos pieds ont tendance à gonfler, vous devez porter votre attention sur les matériaux de la tige de la chaussure (partie haute).

Pour la tige, faites le choix de matières extensibles. Il ne faut pas que votre pied soit contraint et que ces variations de volume puissent être supportées par la chaussure. Pour cela privilégiez également un modèle basket à lacet qui vous permettra d’ajuster le serrage en fonction du volume de votre pied. Attention tout de même : une chaussure de sécurité, comme toutes les chaussures traditionnelles, peut accompagner votre pied si la variation de volume est minime. Dans le cas de pathologie trop importante, il faut consulter un podologue ou dans un premier temps la médecine du travail qui pourra organiser une solution avec l’employeur.

Attention également à ne pas faire le choix de matériaux trop “mous”. C’est sûr que vous aurez une sensation de liberté agréable au début mais sur le moyen terme vous risquez de perdre en maintien et donc en stabilité. Un pied mal maintenu sur la semelle ou dans la tige va apporter son lot de problèmes sur le pied mais également sur les articulations sus-jacentes (chevilles, genoux, hanches, dos) qui vont compenser.

pieds nus d'une personne vus de face

Des pieds qui gonflent sont souvent le résultat d’une mauvaise circulation sanguine. Pour cela il existe également des semelles de propreté avec un système drainant comme un appui retro capital (ARC) qui fait office de pompe et augmente la circulation sanguine dans les membres inférieurs.

Enfin pour l’insuffisance veineuse il existe les chaussettes de contention, ou plutôt chaussettes de compression, qui sont très réputées pour améliorer la circulation des membres inférieurs. En fait la chaussette exerce une pression qui dynamise le système veineux et accroit la remontée du sang des membres inférieurs vers le cœur. Il faut savoir qu’il existe différentes classes de chaussettes de compression allant de la 1 à la 4. Plus le chiffres est élevé plus la compression est forte. Pour être remboursées, les chaussettes normées doivent être prescrites par votre médecin ou un spécialiste comme un kinésithérapeute par exemple.

Les problèmes de rougeurs et d'ampoules.

Si vous êtes sensible aux frottements et que vous avez la sensation d’avoir les pieds irrités, vérifiez dans un premier temps qu’aucun élément ne vous gêne à l’intérieur de la chaussure de sécurité (une couture, une grosseur). Aucun contrefort, embout ou autre élément rigide ne doit vous contraindre.

Il est également capital de bien choisir votre pointure. Attention à la chaussure trop grande qui va faire flotter votre pied et engendrera des frottements, puis des ampoules.

Les ampoules sont des blessures très fréquentes, ce qui ne leur enlève pas d’être douloureuses. La peau se remplie de liquide puis finit par céder pour laisser place à une nouvelle peau qui est à vif. C’est ce moment là qui est douloureux et qui présenter un risque d’infection. Lorsqu’elle se perce, pensez à bien désinfecter votre ampoule et à recouvrir par un pansement.

pied vu de dessous avec des dessins sur les orteils

Si selon vous la chaussure de sécurité est la bonne pointure en termes de longueur mais que vous ressentez toujours des frottements une fois serrée, c’est que le modèle ne vous convient pas et qu’il faut changer. Les pieds sont tous différents. Certains ont un cou-de-pied fort, d’autres un cou-de-pied fin. Sur des chaussures spécifiques comme les mocassins ou les bottes de sécurité les ampoules peuvent subvenir justement car n’y a aucun dispositif de serrage comme les lacets pour adapter le chaussant.

Cors, verrues et excroissances

Verrues

Une verrue est une excroissance de la peau dans laquelle s’infiltre un virus type “Human Papillomavirus” (HPV). Elle se propage facilement par exemple dans les salles de sport, les douches collectives ou les piscines. En ce qui concerne les verrues plantaires, elles se localisent sous la plante du pied et peut être très gênante lors de la marche.

Si vous avez des verrues et que vous devez tout de même travailler, une semelle de propreté adaptée peut vous aider à supporter cette petite excroissance douloureuse. Misez sur des matériaux à mémoire de forme, tendres et souples mais ne trainez pas pour soigner votre verrue qui peut continuer à se propager sur vous-même voire sur d’autres personnes dans des douches collectives par exemple.

zoom sur une verrue localisée sur le petit doigt d'une personne

Cors

Les verrues se confondent parfois avec les cors aux pieds. Pour différencier les deux on relèvera que l’aspect de la peau (couleur, ligne) ne change pas sur le cor au pied alors que la verrue si. On remarque par exemple des petites points noirs au centre de la verrue avec une corne sur sa périphérie. Le cor est simplement un épaississement de la peau qui peut devenir gênant et douloureux. Un spécialiste podologue sera en mesure de traiter ce problème.

les deux pieds nus d'une personne allongée

Hallux Valgus

L’Hallux Valgus est un problème que l’on retrouve le plus souvent chez les femmes. C’est une grosseur qui apparait au niveau du début du gros orteil. Avec une chaussure trop étroite par exemple le gros orteil va avoir tendance à dévier vers l’intérieur et son insertion devient proéminente. Si vous observez que vos orteils ont tendance à se chevaucher ou qu’une grosseur se forme au début du gros orteil, n’hésitez pas à rapidement consulter un podologue qui sera prévenir cette pathologie. Pensez à prioriser des chaussures au chaussant large qui respecteront l’anatomie de votre pied sur l’avant.

Epine calcanéenne

Le fait d’avoir une chaussure qui maintient bien votre talon associé à un amorti convenable peut vous éviter certains problème sur la zone talonnière. Pour les personnes qui marchent beaucoup ou qui sont en surpoids, un amorti talonnier trop rigide peut causer de l’aponévrosite plantaire qui à termes peut découler sur une épine calcanéenne.

L’épine calcanéenne est une excroissance osseuse pointue située sur le calcanéum (talon). Une des meilleure solution pour traiter l’épine calcanéenne est la mise en place d’une semelle orthopédique avec un spécialiste du pied. En guise de prévention, pensez à choisir une chaussure de sécurité confortable et amortissante.

zoom sur le talon d'une chaussure de sécurité en train d'amortir l'impact de la marche

Faites le choix d’une chaussure dotée de matériaux souples et malléables. Pour la semelle extérieure, privilégiez plutôt des semelles utilisant des matières telles que l’EVA ou le PU. La qualité de l’EVA est importante car il ne faut pas qu’il s’affaisse dans le temps.

Quand on parle d’amorti de semelle, il faut aussi évoquer la semelle de propreté qui a une importance capitale dans la prévention des douleurs. Comme cela est dit plus haut dans cet article, la semelle intérieure est la seule interface entre le pied et la semelle anti-perforation. Sa forme et la qualité de ses matériaux est donc à prendre en compte dans le choix de votre chaussure.

profil d'un pied nu posé sur une semelle de confort

Pieds sensibles au chaud ou au froid

personne tenant des bottes de couleur marron dans la main

Sensible à la chaleur ou au froid, pensez déjà à bien vous équiper suivant votre environnement de travail. Si vous avez tendance à avoir chaud dans vos chaussures, choisissez la paire de chaussure de sécurité S1P la plus aérée possible (si votre environnement de travail le permet).

Si vous travaillez en extérieur et que vous avez au contraire tendance à avoir froid aux pieds, alors faites le choix de chaussures ou bottes de sécurité équipées de matières qui tiennent chaud ou thermorégulantes comme le Thinsulate qui est un ensemble de fibres qui emmagasine la chaleur corporelle.

Transpiration excessive

Bien sûr on ne peut pas parler de chaleur sans parler de transpiration. Certaines personnes transpirent beaucoup naturellement sans forcément avoir chaud. Une transpiration excessive peut avoir une incidence sur la santé de votre peau et à l’occasion être la source de mauvaises odeurs.

Pour pallier à cela pensez à changer de chaussettes quotidiennement, à laver votre semelle de propreté régulièrement, à aérer vos pieds dès que vous le pouvez et pensez également à éliminer les cornes qui sont de véritable nids à bactérie.

A lire également : Notre article complet sur la transpiration.

dessous de pieds ayant la peau endommagée

Le cas des diabétiques

Moins de 10% des patients diabétiques souffriront d’un problème de pieds. Lorsque c’est le cas, cela peut se traduire par :

  • une sensation de picotement dans les pieds,
  • une mauvaise circulation sanguine dans les membres inférieurs qui peut donner des lésions ou autres blessures qui vont être plus difficile à cicatriser chez un diabétique
  • les pieds constamment froid
  • une baisse de la sensibilité appelée neuropathie sensorielle
  • une diminution du volume musculaire

Les diabétiques doivent porter attention à ce qui est recommandé dans l’ensemble des paragraphes précédents du fait de leur vulnérabilité à toutes ces complications. Il faudra notamment établir une analyse visuelle au quotidien car la baisse de la sensibilité associée à la difficulté de cicatrisation fait que l’œil est parfois le plus à même d’identifier les zones de rougeurs et d’irritation pour prévenir de la blessure.  Il faut à tout prix éviter les lésions qui peuvent déboucher sur des complications infectieuses.

Pour cela il faut donc une chaussure qui ne va exercer aucun point de pression disproportionné sur votre pied. Que ce soit sous le pied (semelle) ou sur le pied (tige). Rien ne doit vous gêner à l’intérieur de la chaussure, mais cette dernière doit tout de même apporter un bon maintien surtout dans le cas d’une perte des capacités musculaires. Vous ne devez avoir aucun contact avec l’embout de protection et à contrario la chaussure de sécurité trop grande est également à bannir car elle pourrait provoquer des ampoules sur la zones talonnière si vous avez tendance à déchausser lors de la marche.

Lors de l’achat de chaussures de sécurité neuves, il est conseillé de les porter progressivement et de constater l’état de vos pieds pour vérifier que les chaussures ne causent aucune rougeur, cloque ou autres blessures.

Enfin pensez à privilégier les chaussures respirantes afin d’éviter la transpiration excessive qui apporte elle aussi son lot de problème. Pensez également à changer régulièrement de chaussette et aussi à bien nettoyer voire interchanger votre première de propreté. A ce sujet un suivi chez un podologue qui sera en mesure de réaliser une semelle adaptée semble essentiel. Pour les diabétiques, la basket de sécurité semble être la chaussure de sécurité la plus adaptée.

scan d'un pied dans une chaussure de sécurité

Informations sur l'article

L'auteur de l'article

Abonnez-vous !

Vous souhaitez automatiquement recevoir nos derniers articles ?
Inscrivez-vous ci-dessous :

Partagez cet article sur les réseaux sociaux

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn