basket de sécurité couleur crème et blanche vue de dessus sur un sol bois

Quelles vont-être les évolutions de la norme EN ISO 20345 en 2022 ?

Actuellement la norme des chaussures de sécurité qui est applicable est la EN ISO 20345 : 2012. Elle va à présent devenir la EN ISO 20345 : 2022 avec quelques évolutions.

Il sera possible de normer les chaussures de sécurité à cette nouvelle norme au courant de l’année 2022. On vous explique tout dans cet article.

MENU DE L'ARTICLE

L’exigence de la résistance au glissement

Actuellement la glisse est symbolisée par trois marquages : SRA, SRB et SRC.

Ces trois marquages vont disparaitre.

Le test du SRA qui concerne la résistance au glissement sur les sols carrelés est conservé mais il ne s’appelle plus SRA. Il est intégré directement dans les exigences fondamentales (SB).

Autrement dit, une chaussure de sécurité devra obligatoirement passer ce test de glisse sur sol carrelé pour pouvoir être commercialisée sur le marché européen.

Le liquide qui était ajouté sur le sol carrelé est maintenu. Il s’agit toujours du sulfate de lauryl (détergeant).

A noter qu’auparavant il était tout de même obligatoire d’obtenir une des deux exigences SRA ou SRB pour obtenir le SB. En soit cette évolution du SRA ne va donc pas trop révolutionner la normalisation des chaussures de sécurité.

chaussure noire testée sur un instrument de mesure
chaussure noire testée sur un instrument de mesure

Le gros changement niveau glisse concerne le SRB.

Pour rappel, le SRB portait sur la résistance au glissement sur les sols acier avec ajout de glycérine (huile). Jugeant ces sols trop peu présents dans les environnements de travail, les instances responsables de la normalisation ont supprimé le test sur sol acier.

Le SRB est remplacé par le marquage SR. Le test du SR est lui aussi réalisé avec de l’huile mais cette fois-ci sur un sol carrelé.

Le marquage SR sera une exigence additionnelle de la norme.

Pour résumer :

  • A présent tous les tests de glisse de la norme EN ISO 20345 seront réalisés sur des sols carrelés.
  • Le test avec le détergeant sera dans les exigences fondamentales, il sera obligatoire.
  • Le test avec de l’huile sera une exigence additionnelle nommée « SR ».

Une autre évolution dans le test :

  • Actuellement les tests de glisse sont réalisés sur le talon et le plat de la semelle.
  • Avec la nouvelle norme ils seront effectués au talon et sur l’avant-pied.

Le conseil du fabricant :

Attention à ne pas avoir le comportement du « qui peut le plus, peut le moins » avec le marquage SR. Ce n’est pas pour rien qu’il est additionnel.

Vous devez vous prémunir d’une chaussure de sécurité normée SR uniquement si vous identifiez la présence d’huile dans votre environnement de travail.

En soit, ce n’est pas grave car techniquement le fait qu’une chaussure soit SR ou non ne va pas changer grand-chose si ce n’est le dessin de semelle peut être. Ou dans certains cas le matériau.

C’est plutôt que ce serait dommage de pénaliser une chaussure qui n’est pas normée SR dans votre choix alors qu’il n’y a jamais d’huile sur votre environnement de travail.

L'exigence de la résistance à la perforation

Aujourd’hui la perforation est une exigence additionnelle nommée « P ». Elle est nécessaire pour obtenir les marquages S1P et S3. Les chaussures marquées S1P et S3 concernent la grande majorité des chaussures de sécurité du marché français. Cette évolution de la norme est donc importante.

Voici ce qu’il faut savoir :

  • Le marquage “P” est conservé mais il concerne à présent uniquement les tests réalisés sur les plaques anti-perforation métalliques (avant le marquage P englobait également les plaques anti-perforation en textile ou composite).
  • Les tests sur plaques anti-perforation textile ou composite se distinguent à présent en deux niveaux :
    • PL : test réalisé avec une « pointe large » de 4.5mm. Il s’agit de la même pointe que celle utilisée pour les tests actuels ;
    • PS : test réalisé avec une nouvelle pointe plus fine, une « pointe small » de 3mm.

Vous pourrez donc trouver des chaussures de sécurité normées S1PS et S1PL ou S3S et S3L. Cela revient à spécifier, dans le marquage, avec quelle pointe la chaussure a passée le test.

Les chaussures S1P ou S3 existeront toujours mais ne concerneront donc que les chaussures de sécurité avec plaque anti-perforation métallique.

main tenant un clou

Le conseil du fabricant :

Encore une fois il ne faut pas avoir le comportement du « qui peut le plus, peut le moins ». Il faut souligner qu’actuellement toutes les chaussures de sécurité S1P ou S3 sont testées avec une pointe de 4.5mm (test PL) et que ce test couvre la grande majorité des risques de perforation. Et pour cause, les accidents liés à la perforation sont très rares.

Rien ne sert de vouloir à tout prix l’exigence PS si votre environnement de travail de le nécessite pas. Car cette fois-ci les caractéristiques techniques de la chaussure risquent d’être un peu modifiées. En effet, pour obtenir le marquage PS les fabricants de semelles anti-perforation vont renforcer leurs plaques textiles dédiées à passer le test. Elles seront plus denses, donc bien souvent plus lourdes et moins souples.

Le FO n’est plus obligatoire pour l’obtention du S1

Le FO concerne la résistance de la semelle aux hydrocarbures : en entrant en contact avoir des hydrocarbure, la semelle ne doit pas atteindre plus de 12% d’augmentation de volume.

Cette exigence jugée marginale va perdurer mais elle ne sera plus demandée pour obtenir le S1 et donc par effet de cascade le S2 et S3.

Cela ne va pas changer grand-chose pour les utilisateurs de chaussures de sécurité. Mais il faudra tout de même être attentif car n’étant plus compris dans les marquages de base, si votre environnement de travail présente des hydrocarbures, il faudra vous prémunir d’une chaussure avec la norme additionnelle FO.

basket de sécurité grise, noire et bleu prise de dessous lors de la marche

Les nouveaux marquages S6 et S7

Les deux nouveaux marquages S6 et S7 vont être créés. En voici la raison :

Aujourd’hui une chaussure normée S2 ou S3 possède un matériau de tige résistant à la pénétration de l’eau (WRU). Cependant c’est le matériau seul qui est testé pour obtenir le WRU. Sauf que lorsque les pièces sont piquées entre elles, la chaussure perd de son « étanchéité » car l’eau peut s’infiltrer par les piqures d’assemblage.

Les instances ont donc décidé de créer les marquages S6 et S7 pour identifier les chaussures qui, non seulement sont WRU (matériaux de tige résistants à l’eau), mais sont également WR (chaussure entière résistante à l’eau). Les chaussures S6 et S7 posséderont donc bien souvent une membrane imper-respirante ou des piqures étanchéifiées.

  • Le marquage S6 concerne les chaussures sans semelle anti-perforation. Il correspond à un marquage S2 WR.
  • Les chaussures S7 sont avec semelle anti-perforation. Elles correspondent à un S3 WR.

Une chaussure qui est aujourd’hui normée S3 pourra avoir deux appellations différentes avec la nouvelle norme :

  • S3 : chaussure uniquement WRU bien souvent en cuir ou en microfibre
  • S7 : chaussure normée WRU en cuir ou en microfibre avec les piqures étanchéifiées ou une membrane normée WR.

Important : A noter que l’exigence additionnelle WRU s’appelle désormais WPA.

chaussure marron dans l'eau

Question bête (ou pas) : Pourquoi passe-on directement du S3 au S6 ?

Les marquages S4 et S5 sont déjà pris ! Ils concernent les bottes et chaussures en matières plastiques étanches.

Concernant les chaussures et bottes en matières cuir et textile, on passe donc directement du S3 au S6.

Les nouvelles exigences additionnelles SC et LG

  • L’exigence SC encadre la normalisation des sur-embouts « pare-pierres ». Ils devront atteindre une certaine résistance à l’abrasion pour pouvoir être marqué SC.

Cela permet de faire le tri entre les sur-embouts fins qui sont juste esthétiques et ceux qui ont vraiment un usage fonctionnel.

  • L’exigence LG norme le talon décroché. Les talons décrochés des semelles devront atteindre une certaine taille pour être normés LG.
zoom sur l'avant d'une chaussure de sécurité bleu et noire
semelle d'une chaussure de sécurité d'un homme qui s'étire la jambe

Et niveau timing ?

Courant 2022 les fabricants auront, durant une année, la possibilité de normer leurs chaussures de sécurité à l’ancienne et à la nouvelle norme.

Etant donnée que les AET sont valables 5 ans. Cela veut dire que pendant 5 ans, après cette année de transition, il pourra y avoir sur le marché des chaussures à l’ancienne et à la nouvelle norme.

Bien entendu l’ensemble des fabricants vont faire le nécessaire pour passer leurs produits à la nouvelle norme. Et bien que les deux normes puissent vivre ensemble encore un moment, le marché va exiger assez rapidement la nouvelle norme.

C’est une bonne chose que l’ensemble des acteurs fassent ce qu’il faut afin de passer rapidement à la nouvelle norme. En effet, le fait que les deux normes vivent en même temps sur le marché va créer de la confusion.

Par exemple une chaussure S1P de l’ancienne norme pourra avoir une plaque anti-perforation métallique OU en textile. A la nouvelle norme les chaussures S1P auront uniquement une plaque anti-perforation métallique. Donc une personne qui a été sensibilisée à la nouvelle norme pensera que sa chaussure est avec une plaque inox alors qu’elle sera en fait équipée d’un insert en composite. 

Pour cela il faudra regarder l’étiquette bien souvent piquée sur la languette de la chaussure. Sur cette dernière il est noté la norme EN ISO 20345 “:2011” ou “:2022.

Malgré cette volonté de passer à la nouvelle norme il ne faudra pas bannir les chaussures de sécurité à l’ancienne norme. Cela fait des années que cette dernière est en place avec des produits fiables et solides qui apportent satisfaction dans la majeure partie des cas. Attention à ne pas mettre des stocks de côté ou a gaspiller juste sous prétexte de vouloir tout avoir à la nouvelle norme. Si les produits sous l’ancienne norme sont encore valables 5 ou 6 ans, ce n’est pas pour rien.

Article qui pourrait vous intéresser : Tout savoir sur la norme actuelle des chaussures de sécurité.

Le résumé de la norme EN ISO 20345:2022 en infographie

infographie qui explique une norme de chaussure de sécurité

Informations sur l'article

L'auteur de l'article

Partagez cet article sur les réseaux sociaux

Facebook
Twitter
LinkedIn

Abonnez-vous !

Vous souhaitez automatiquement recevoir nos derniers articles ?
Inscrivez-vous ci-dessous :

Partagez cet article sur les réseaux sociaux

Facebook
Twitter
LinkedIn